"Comprendre l'univers du thé pour fabriquer mes théières artisanales"

Je consacre mon travail au domaine du thé. Je l'explore par une pratique quotidienne, pour que l'expérience se transforme en qualités concrètes et utiles pour les pièces.

 

Je fabrique des théières artisanales, des bouilloires en terre, des bateaux à thé, des jarres à thé, des bols à thé... avec le sens du détail et le plaisir de la précision, pour que vous puissiez profiter pleinement de vos "instants thé".

 

Le chemin parcouru est magnifique, tant sur le plan de la matière que sur le plan humain. Le chemin qui reste à parcourir est immense, mais inspirant, plein de promesses et de mystères. Je m'y engage avec reconnaissance envers la vie et envers vous qui me faites confiance.

Avec tout mon enthousiasme.



Les terres utilisées pour les théières artisanales

Théière en grès de Treigny

Théière artisanale en terre de Treigny

Il s'agit d'une terre naturelle qui vient de Bourgogne.

Elle est plutôt dure (2,5% de porosité) et aura tendance à légèrement arrondir les saveurs du thé.

Le grès de Treigny contient 3,33% d'oxyde fer. C'est pour cette raison, qu'une fois cuitent, les théières prennent cette teinte brune.

Théière en terre Xing

Théière artisanale en terre Xing

Ce grès est une reproduction de la terre de Yixing chinoise (enfin selon mon fournisseur...).

Ceci dit, je l'ai choisi pour sa dureté (0,2% de porosité). Cette caractéristique permet de renvoyer beaucoup de détails au niveau des saveurs.

Sa teneur en fer (4,11%), lui donne cette couleur "chocolat noir" après cuisson et sa proportion de silice (68,69%) amène une densité importante aux théières.

Théière en GECH

Théière artisanale en terre GECH

Il s'agit d'un grès de reconstitution très tendre (6,5% de porosité) . Cela donne aux théières, une capacité de mémoire importante. Cette caractéristique aura tendance à amplifier la rondeur de certains thés.

Les oxydes qui la composent sont : le fer 4,65% et le titane 1,42%.

A la cuisson, cette terre prend une teinte rousse et un aspect légèrement rugueux.


Théière en terre de Moutier

 Théière en terre de Moutier

La terre de Moutier, est une terre naturelle, enrichie en ocre jaune. Sa composition fait de cette terre une matière dense (0,2% de porosité).

Elle est particulièrement intéressante dans la fabrication des petites théières, car sa dureté met en valeur les détails du thé.

Grès à feu "120.7"

Bouilloire en terre à feu

J'utilise cette terre pour la fabrication des bouilloires.

Sa faible teneur en fer, sa dureté, ainsi que ses capacités thermiques, en font une matière adaptée au chauffage de l'eau pour le thé.

 

Je l'utilise également dans la fabrication des braseros, mais en prenant soin de ne pas monter au-dessus de 900°C afin d'augmenter ses capacités thermiques.

La terre de St Amand

Je réserve cette terre à la fabrication des braseros, car elle supporte très bien les chocs thermiques.

Il s'agit d'un grès réputé pour ses qualités plastiques et thermiques ainsi que pour la rigueur de sa fabrication.



Mes émaux

Yunomi, bols à thé émaillés

La recherche d'émaux prend une place importante dans mon travail.

Bien que la terre brute serve de manière intéressante les théières, pour les yunomi et les bols à thé, c'est une autre histoire.

l'émaillage participe grandement à l'intention et au caractère que je souhaite donner à une pièce.

Je suis à la recherche d'un rendu le plus vivant possible.

 

Chaque émail, est le fruit d'une recherche spécifique.

 

Tous les ans, je profite du cadre du "Centre International de Formation à la Céramique" et de l'accompagnement de Patrick Buté pour lancer une nouvelle recherche et affiner ma compréhension dans ce domaine.

 



La cuisson des théières artisanales en terre brute ou émaillées

Dans la céramique, le mode de cuisson influence énormément le rendu des pièces.

 

Tout comme le façonnage ou l'émaillage, la cuisson est un domaine à part entière, qui nécessite de l'expérience pour arriver à "apprivoiser" le feu.

 

En ce qui me concerne, je profite de chaque cuisson pour chercher à comprendre ce qui se passe dans le four et approfondir mes connaissances dans ce domaine et poursuivre mes recherches...

 

J'utilise un four à gaz, et cuis en atmosphère réductrice, c'est à dire, qu'à partir de 950°C je vais réduire la présence d'oxygène dans le four. Ce phénomène va demander aux flammes, de venir chercher à l'intérieur de la terre, l'oxygène dont elles ont besoin pour subsister.

 

Il résulte de ce procédé, un rendu plus vivant, moins uniforme sur les pièces. Les émaux vont montrer des nuances différentes d'une pièce à l'autre, et la terre aura un caractère plus prononcé.

Cuisson de théières artisanales en terre brute ou émaillées

Différence d'atmosphère de cuisson pour des théières fabriquées dans une même terre.

A gauche une théière cuite en atmosphère oxydante, et à droite, une théière cuite en atmosphère réductrice.

 

Il s'agit de la même terre !